13/12/2006

Membranophone - Tambourinaires du Burundi

TAMBOURS & TAMBOURINAIRES du BURUNDI (BATIMBO)

tamburundi02

 

tamburundi01

Ces deux photos ont été réalisées au Burundi en Août 2006 par « voyageburundi ». Elle montre si besoin en est que dans ce pays la tradition du tambourinaire est encore bien vivace.

BATIMBO = Joueur de tambour

Les Batimbo sont les familles gardiennes de la tradition sacrée des tambours.

Tenue traditionnelle (couleur du Burundi) Vert, rouge, blanc et sur le tambour central 3 étoiles (Tutsi, Hutu, Twa).

 

Jadis objets sacrés qui rythmaient les grands événements royaux, il ne pouvait être battu qu’en des circonstances bien précises et par des batteurs issus de familles d’initiés.

- Symbole de la royauté, le tambour « Karyenda » était conservé et soigné à l’abri du regard dans un sanctuaire qu’il ne pouvait quitter qu’une fois l’an pour les cérémonies de « l’Umuganuro ». Cette fête des semailles du sorgho était aussi celle de la royauté, ciment de l’unité nationale. D’autres tambours intervenaient dans les cérémonies, les festivités, et les tambourinaires se succédaient à l’intérieur de familles d’initiés.

Creusés dans un tronc d’arbre bien précis, « l’umuvugangoma », les tambour était recouvert d’une peau de vache tendue et fixée par des chevilles de bois,et conservés dans des sanctuaires dont ils sortaient à l’occasion de ces cérémonies.

Aujourd’hui, le souvenir de cette tradition se perpétue à Gishora, dans la province de Gitega.

C’est sur ce site que se produisent les célèbres tambourinaires. Les artistes se disposent en arc de cercle, chacun derrière son tambour, et placent en avant un tambour au couleur nationales.

Dans l’enclos royal de reconstitué de Gishora, une place a été réservée au sanctuaire des tambours. on admire à l’intérieur du sanctuaire « Ruciteme » (celui-pour-lequel-on-débrousse), et « Murimirwa » (celui-pour-lequel-on-cultive). – (Extrait de : AU BURUNDI – Philippe & Jean Castermans – Didier Hatier – 1990)

 

Aujourd'hui il est resté l’instrument populaire pour les mariages et les cérémonies officielles.

« Les exhibitions des tambourinaires attirent les résidents et les étrangers de passage. Le spectacle étourdissant et impeccablement réglé permet au batteurs de venir à tour de rôle exécuter leur solo, soutenus par l’ensemble du groupe. Le récit des légendes, les hommages, les pirouettes se succèdent selon l’inspiration de chacun, le chef de groupe payant plus qu’à son tour de sa personne »

 

Références :

- Livre 

AU BURUNDI – Philippe & Jean Castermans – Didier Hatier – 1990

- Sur le net 

Fondation Batimbo

Tambours du Burundi – TV ARTE – Emission du 21-10-2006

 

 

22/08/2006

Membranophone - Groupe (g1)

 

1.    Tambours avec peau fixée au moyen de clous ou de chevilles:

 A deux membranes (g1)

Ci-après huit tambours à deux membranes, dont sept tambours en "sablier" (g1) provenant de chez les Tshokwe. Le fût monoxyle de chacun de ces tambours est formé de deux parties hémisphériques. Deux peaux sont chevillées à la caisse de résonance. Nombreuses décorations géométriques "yitoma" sur les parties bombées. Quatre poignées chacun sur la partie centrale, ainsi qu'un orifice acoustique destiné à la modulation.

Comme les Kuba, les Tshokwe sont connus pour leurs réalisations artistiques et leur capacité d'intégrer des images et des motifs graphiques à la structure d'un instrument. Mais, contrairement aux Kuba où le décor consiste en des variations sans fin sur thème d'entrelacs géométrisés, les Tshokwe reproduisent plutôt des plages rectangulaires divisées à leur tour en formes géométriques. Ils attribuent une fonction symbolique à la décoration de la table de résonance. Celle-ci est décorée de motifs décoratifs incisés "yitoma" qui sont empruntés aux dessins de tatouage et à celui de la vannerie (voir M. L. Bastin: Art décoratif Tshokwe - 1961)

Pour des informations complémentaires sur les motifs "yitoma" voir mon blog sur les sanza: africamusica

 

Réf. pour semblables:

  • Livres: Laurenty J. S. - Les tambours du Congo Belge et du Ruanda-Urundi, 1951 - Pl. XI & XII (N° 1 à 24)
  • Sites internet: MEG (Musée Ethnographique de Genève: ETHMU 039365) * AMNH (American Museum of Natural History: N° 90.0/6783 - 90.0/6784) * BRANLY: N° 70.2001.15.4 * MEN (Musée Ethnographique de Neuchâtel: N° III.C.5936)


Source: Flagrantes da Vida na Lunda - J. O. Oliveira - Diamang - 1958 - p. 160
Légende: Jeunes joueurs batshioko, de tambours du genre "mucupela"
Pays: Région de la Lunda - Angola

fb/col1054

Photo: Hénault Ch.
Légende: chez les Tshokwe
Pays: R.D. du Congo

fb/thok

fb/tsk1

fb/tsk2



 

TAMBOUR (g1)
Nom vernaculaire: mukupela / mukupele / mukwazu...
Ethnie: Tshokwe
Pays: R.D. du Congo
Dimension: ~ 55 cm
Matériau: bois, peau, résine
fb/1-tam21a, 21b & 21c

 

 


TAMBOUR (g1)
Nom vernaculaire: mukupela / mukupele / mukwazu ...
Ethnie: Tshokwe
Pays: R.D. du Congo
Dimension: ~ 54 cm
Matériau: bois, peau, résine
fb/1-tam22a & 22b

 

 

 


TAMBOUR (g1)
Nom vernaculaire: mukupela / mukupele / mukwazu ...
Ethnie: Tshokwe
Pays: R.D. du Congo
Dimension: ~ 47 cm
Matériau: bois, peau, résine
fb/1-tam23

 

 

 


TAMBOUR (g1)
Nom vernaculaire: mukupela / mukupele / mukwazu ...
Ethnie: Tshokwe
Pays: R.D. du Congo
Dimension: ~ 61 cm
Matériau: bois, peau, résine
jvp/1-tam24

 

 

 

 


TAMBOUR (g1)
Nom vernaculaire: mukupela / mukupele / mukwazu ...
Ethnie: Tshokwe
Pays: R.D. du Congo
Dimension: ~ 63 cm
Matériau: bois, peau, résine
ch/1-tam25a

 

 

 


TAMBOUR (g1)
Nom vernaculaire: mukupela / mukupele / mukwazu ...
Ethnie: Tshokwe
Pays: R.D. du Congo
Dimension: ~ 58 cm
Matériau: bois, peau, résine
fb/1-tam25b

 

 


TAMBOUR (g1)
Nom vernaculaire: mukupela / mukupele / mukwazu ...
Ethnie: Tshokwe
Pays: R.D. du Congo
Dimension: ~ 53 cm
Matériau: bois, peau, résine, corde

fb/1-tam26a, 26b1 & 26c1

Sur la table décorée de ces motifs « yitoma » sont intégrés des masques « mukishi wa pwo » ou « mwana pwo » ou encore plus simplement « pwo » incarnation de l'ancêtre féminin, mère de la tribu, qui évoque l'ancêtre féminin du lignage. L'exhibition de ce genre de masque devant l'assemblée villageoise a un caractère magique: il apporte la fécondité et la prospérité.

La stylisation des traits féminins sur le masque « pwo » illustre les caractéristiques de l'art Tshokwe et en particulier la stylisation des yeux: ils sont mi-clos au centre de larges orbites concaves.


TAMBOUR (g1)
Nom vernaculaire: -
Ethnie: région du Bas-Congo
Pays: R.D. du Congo
Dimension: ~ 35 cm
Matériau: bois, peau
ch/1-tam25

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18:57 Écrit par sanza dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/08/2006

Membranophone - Introduction

 

 

Suite aux blogs: africamusica & africamusica2 consacrés aux instruments de musique traditionnels d’Afrique Noire



 

" Parce que la forme ronde du tambour représente l’univers, et que son battement régulier et fort est le pouls, le cœur qui bat au centre de l’univers. C’est comme la voix du Grand Esprit, et ce son nous met en branle et nous aide à comprendre le mystère et le pouvoir de toutes choses. "

 Héhaka Sapa

 

" Ils nous disent les hommes du coton, du café, de l’huile, ils nous disent les hommes de la mort. Nous sommes les hommes de la danse, dont les pieds reprennent vigueur en frappant le sol dur. "

 Léopold Sédar Senghor

"chants d’Ombre" 

 

" Seul le rythme provoque le court-circuit poétique et transmue le cuivre en or, la parole en verbe. "

 Léopold Sédar Senghor

**

EN AFRIQUE

Etre "animé", le tambour "parle"; il est le corps et la voix des dieux, des génies ou des ancêtres s'adressant à l'humanité ou, à l'inverse, le porte-parole des hommes auprès des puissances régissant le monde.

… Parmi tous les instruments de musique, aucun n'a sans doute joué un rôle plus important dans l'histoire de l'humanité que le tambour, dont l'existence peut être retracée jusqu'à l'âge de la pierre. Dans la musique noire africaine, les tambours à fentes comme les tambours à membranes atteignent un niveau d'expression mélodique, que traduit toute une échelle de nuances sonores, susceptibles d'exprimer finement l'état d'âme de l'instrumentiste. En d'autres termes les tambours africains "chantent", mais ils savent également "parler". Les peuples d'Afrique Noire s'entretiennent par la langue des tambours qui abolit pratiquement les distances. Ils servent à transmettre les invitations, à appeler à la récolte, à saluer les chefs ou les inviter... .

**

 

INSTRUMENTS DE MUSIQUE D’AFRIQUE – Membranophones

MEMBRANOPHONES: Tambours à percussion, tambours à friction.

 

Les MEMBRANOPHONES reprennent l'ensemble des instruments (tambours) à une ou deux membranes tendues, mise en vibration pour la production du son.

Les tambours à membranes ou membranophones ne sont qu'une variété parmi les différents types de tambours répertoriés dans le monde. Le vocable "tambour" recouvre aussi tout une variété de tambours autre qu'à membrane: tambour de terre, tambour d'eau, tambour de bronze, tambour de bois ou tambour à fente (tam-tam), tambour à membrane... De tous ces différents types recensés dans les sociétés humaines primitives; seuls les "tambours à fente" (voir les idiophones: africamusica2 ) et les "tambours à membrane" ont encore actuellement une diffusion universelle. Remarquons que le vocable "tam-tam" souvent utilisé, peut aussi désigner indifféremment les tambours à fente mais aussi les grands tambours à membranes.

Les membranophones sont représentés en Afrique Noire par deux grands types de tambours:

·        LES TAMBOURS A PERCUSSION

Qui représentent la majorité des tambours; à une ou deux membranes, frappés soit par les mains, soit à l'aide de baguettes.

Pour la classification de ces tambours, nous nous baserons :

§        Sur le mode de fixation de la membrane ou peau (3 modes).

Et secondairement sur :

§        Le nombre de membranes (1, 2…)

§        La forme:

- Tambours tubulaires (cylindrique, conique, en     tonneau, sablier, gobelet, sur pied...).

- Tambours timbales

- Tambours sur cadre

1.    Tambours avec peau fixée au moyen de clous ou de chevilles:

 A deux membranes (g1)

 A une membrane (g2)

2.    Tambours avec peau fixée au moyen de lanières et (ou) de cordes:

 A deux membranes (g3)

 A une membrane (g4)

3.    Tambours avec peau fixée au moyen d'un système mixte (combinaison des deux précédents):

  À une membrane (g5)

·        LES TAMBOURS A FRICTION

Plus rare et dont le système (interne ou externe) de mise en vibration de la membrane en ont fait un groupe à part.

**********************

- Alors que l'on assiste à la disparition de la plupart des instruments de musique traditionnels de l'Afrique Noire. Le tambour à membrane (du djembe de l'Afrique Occidentale au Ngoma de l'Afrique Centrale) est encore l'un des rares instruments qui résiste à ce processus d'acculturation.  Encore de nos jours on continue à le fabriquer (même si souvent il a perdu de ses qualités esthétiques ancestrales) et à le jouer dans les orchestres des villages africain, et souvent, il en est d'ailleurs actuellement l'essentiel et unique élément.

- Le tambour en Afrique Noire, n'était pas seulement un simple et banal instrument pour les danses profanes, c'était une institution fondamentale présente à toutes les circonstances importantes de la vie (naissances, mariages, travaux, séances de guérisons et de divinations, intronisations des chefs, guerres, règlements de conflits, funérailles...). A tous ces stades, le tambour évoque et rappelle les croyances religieuses, les mythes, les légendes, les préceptes de vie et les principes sur lesquels reposent les fondements de la société tribale.

- La plupart de ces anciens tambours sont ornés de sculpture et de motifs décoratifs, associés à la mythologie de la tribu ou dérivés des motifs décorant la vannerie, le tissage et les scarifications corporelles (par exemple: les motifs "yitoma" des Tshokwe et "bwiin" chez les Kuba du Congo).

Bibliographie sélective:

Aubert L. - Planète musicale (Musée d'ethnographie de Genève), 1991

Bastin M.L. - Art décoratif Tshokwe, 1961 

Bebey F. - Musique de l'Afrique, 1969

Buchner A. - Encyclopédie des instruments de musique, 1980

Collectif - Objets-signes d'Afrique, 1995

Dagan E. - Drums; The heartbeat of Africa, 1993

Exposition - Formes sonores, 1990

Exposition - Sura dji, 1982

Gansemans J. - Les instruments de musique Luba, 1980

InforCongo - Guide du voyageur: Congo Belge & Ruanda-Urundi, 1958

Jenkins J. - Instruments de musique ethnique, 1970

Katende C. - Instruments de musique de Gandajika, 1978

Knosp R. - Enquête sur la vie musicale au Congo Belge, 1934-35

Laurenty J. S. - L'organologie du Zaïre TIII - 1995

Laurenty J. S. - Les tambours du Congo Belge et du Ruanda-Urundi, 1951

Maquet J. N. - Note sur les instruments de musique congolais - 1956

Polfliet L. - Bodies of resonance, 1985

Schaeffner  A. - Origine des instruments de musique, 1936

Söderberg B. - Les instruments de musique au Bas-Congo, 1956

Torday E. & Joyce T. A. - Notes ethnographiques, 1911 & 1922

Tranchefort F. R. - Les instruments de musique dans le monde TI, 1980


Carte postale: Entre 1930 et 1940
Editeur: Missions de Scheut
Légende: Congo - Danses pour le chef
Pays: R. D. du Congo

fb/col1050

Voir aussi: L'illustration Congolaise N° 195 / 1937 p. 6668

Cliché wauthier - Administrateur Territorial

Légende: La danse chez les Batetela (Kasaï)

 

Carte postale: Avant 1940
Editeur: Missions de Scheut
Légende:  (Kasaï) Tam-Tams Batétèlas
Pays: R. D. du Congo

fb/cp2

Photo: Mme Denie; région de Mobaye (ex-Banzyville) chez les Ngbandi

Source: Hénault Ch.
Légende: -
Pays: Région de L'Ubangi - R.D. du Congo

fb/im47

Carte postale: Avant 1940

Editeur: -

Légende: Un virtuose du tam-tam - Katanga (Congo Belge)

Pays: R. D. du Congo

fb/tsk5

Carte postale: Vers 1902

Editeur: Cliché Dr De Valkeneer

Légende: Uputo 1902 - Gongs et tam-tams; à gauche:

Gongs de guerre - à droite: Tam-tams servant à la danse

Pays: R. D. du Congo

fb/tamputo